FAIAOAHE - « le panthéon des trucs franchement ratés »

14-01-2015

Alors, voici l'histoire. Bernard adore les rillettes de maquereaux que lui prépare Nathalie. Vraisemblablement base filets de maquereaux et kiri ou st Moret. Sauf qu'hier notre Bernard a écrasé des filets de sardines avec un yaourt qui s'est avéré à l'ananas. Heureusement certains avaient faim. Donc, cette entrée rejoint le panthéon des trucs franchement ratés comme le gateau au pain de Lucie il y a quelques jours. Sans la liberté de blâmer etc...

 

FAIAOAHE - « le panthéon des trucs franchement ratés »
Alors, voici l'histoire. Bernard adore les rillettes de maquereaux que lui prépare Nathalie. Vraisemblablement base filets de maquereaux et kiri ou st Moret. Sauf qu'hier notre Bernard a écrasé des filets de sardines avec un yaourt qui s'est avéré à l'ananas. Heureusement certains avaient faim.  Donc, cette entrée rejoint le panthéon des trucs franchement ratés comme le gateau au pain de Lucie il y a quelques jours. Sans la liberté de blâmer etc...
Atelier sextant toute la matinée, après avoir, pour la seconde fois, retardé les montres d'une heure. Certain(e)s ont du mal. Mais globalement l'équipage progresse sous la direction du sous-marinier du bord, et nous ne tombons pas trop loin de l'estime. Puis j'ai changé les équipes. Nous avons maintenant: Bernard Lucie & Philippe / Yves Margot & Alex / Jordan Greg & Stefan
Nous avons passé la journée à prendre et renvoyer des ris. Certains se sont bien fait rincer, d'autres ont mieux géré la répartition des rôles au sein de chaque équipe... Beaucoup de grains sur la route. Pas beaucoup de soleil. Mer formée mais pas excessive. Et toujours pas croisé ni un cargo, ni un voilier, ni une baleine, ni un globi.
De surcroît, nous n'arrivons pas à descendre, le vent ayant malheureusement légèrement adonné, et restons donc très (trop) Nord, même si ainsi nous jouons à fond le truc à l'envers..... Faut avouer, on vous le dit maintenant, on navigue sans tangon depuis le second jour. Pour une course entre portant et vent arrière, c'est assez ballot ;-(. Alors on invente plein de trucs qu'on va frapper en bout de bôme, des barbers-hawler partout, des poulies qui débordent des bouts improbables. Un vrai concours Lépine pour trouver ce qui peut nous aider à rouler à mieux que 140° du vent arrière dans une mer un peu désordonnée.
Nous venons d'apprendre qu'Amazon a pêché une copryphène. Bouuuh, c'est déprimant, ils font tout mieux que nous (bon, peut-être pas les gateaux au pain et la terrine de sardines au yaourt à l'ananas). Alors on a mis une ligne à l'eau et... on s'est fait bouffer le rapala en 2 mn 30". Qui dit que les mers ne sont plus peuplées ? Elles sont peut-être moins peuplées de trucs qui se mangent (par nous), mais elles doivent être farouchement peuplées de trucs qui ont franchement faim, et qui doivent mal digérer ce soir à force de se jeter sur n'importe quoi qui brille et frétille.
Merci de vos messages divers et de vos reflexions sur l'état du monde, cela anime le cockpit Ce soir parmentier de canard. Grand succès (et grande première à bord de Faïaoahé).
Belle nuit à tous, 
10/F77, heureux d'être en mer, mais aussi un peu tristes d'être loin de vous, surtout en ces circonstances

Atelier sextant toute la matinée, après avoir, pour la seconde fois, retardé les montres d'une heure. Certain(e)s ont du mal. Mais globalement l'équipage progresse sous la direction du sous-marinier du bord, et nous ne tombons pas trop loin de l'estime. Puis j'ai changé les équipes. Nous avons maintenant: Bernard Lucie & Philippe / Yves Margot & Alex / Jordan Greg & Stefan

Nous avons passé la journée à prendre et renvoyer des ris. Certains se sont bien fait rincer, d'autres ont mieux géré la répartition des rôles au sein de chaque équipe... Beaucoup de grains sur la route. Pas beaucoup de soleil. Mer formée mais pas excessive. Et toujours pas croisé ni un cargo, ni un voilier, ni une baleine, ni un globi.

De surcroît, nous n'arrivons pas à descendre, le vent ayant malheureusement légèrement adonné, et restons donc très (trop) Nord, même si ainsi nous jouons à fond le truc à l'envers..... Faut avouer, on vous le dit maintenant, on navigue sans tangon depuis le second jour. Pour une course entre portant et vent arrière, c'est assez ballot ;-(. Alors on invente plein de trucs qu'on va frapper en bout de bôme, des barbers-hawler partout, des poulies qui débordent des bouts improbables. Un vrai concours Lépine pour trouver ce qui peut nous aider à rouler à mieux que 140° du vent arrière dans une mer un peu désordonnée.

Nous venons d'apprendre qu'Amazon a pêché une copryphène. Bouuuh, c'est déprimant, ils font tout mieux que nous (bon, peut-être pas les gateaux au pain et la terrine de sardines au yaourt à l'ananas). Alors on a mis une ligne à l'eau et... on s'est fait bouffer le rapala en 2 mn 30". Qui dit que les mers ne sont plus peuplées ? Elles sont peut-être moins peuplées de trucs qui se mangent (par nous), mais elles doivent être farouchement peuplées de trucs qui ont franchement faim, et qui doivent mal digérer ce soir à force de se jeter sur n'importe quoi qui brille et frétille.

Merci de vos messages divers et de vos reflexions sur l'état du monde, cela anime le cockpit Ce soir parmentier de canard. Grand succès (et grande première à bord de Faïaoahé).

Belle nuit à tous, 

10/F77, heureux d'être en mer, mais aussi un peu tristes d'être loin de vous, surtout en ces circonstances

 

Retour