Rising pressure

The finishing line is getting closer and instead of getting certitudes the suspense on the results of the Panerai Transat Classique 2019 is maintained. In front of the fleet for 4 days, Xarifa won just a few miles on her opponants in the last 24 hours. At 700 miles away from Christophe Harbour this elegant yacht designed by Soper in 1927 – the oldest of the boat of the race – is only 80 miles ahead Stiren, in other words half a day.

A little further, a high intensity battleship opposes Coch y Bondhu, Hilaria and Eilean. In comparison with yesterday’s score, the ketch that carries the dragon of William Fife owned by Panerai was overtaken by its direct competitors, probably because of their longer route and numerous gybes. Indeed, it seems that to hold a higher average speed, Eilean has to sail broad reaching, whereas others can go straight to St. Kitts.

Behind, the dual between Glen Mael, who is doing an amazing performance since the start from Lanzarote, and Lys, also making an excellent route despite a communication issue that prevents the crew from receiving the weather grib files for a few days, is going to keep out of breath all those who follow the race on the website and on the social networks. And what about the tenacity and the fighting spirit of Bryell II, sailing with a broken tiller since last Saturday, and their average has barely slowed down. And finally, Aramis keeps going all out in spite of the loose of their parasailor, and boosted by a surprising meeting with an other sail boat in the middle of the Atlantic.

Although all yachts are classic, there is nothing classic in that race, with so many rebounds, tension and unpredictability.

 

Classement en temps réel au 22/01 à 12h00 (UTC+1)

1 – XARIFA 721,1 mn jusqu’à l’arrivée
2 – STIREN à 78,0 mn du leader
3 – COCH Y BONDHU à 130,5 mn du leader
4 – HILARIA à 140,0 mn du leader
5 – EILEAN à 142,1 mn du leader
6 – GLEN MAEL à 187,4 mn du leader
7 – LYS à 201,9 mn du leader
8 – BRYELL à 261,9 mn du leader
9 – ARAMIS à 691,5 mn du leader

 

LES MOTS DE LA MER

Hilaria

« Nuit mouvementé sur Hilaria, au taquet avec Coch y Bondhu et Eilean à vue, mais malheureusement Coch y Bondhu s’est envolé comme une légère libellule*… Ce matin, nous avons trouvé un nid plein de cocottes, mais nous en sommes sortis indemnes. Bonne journée. »

* Coch y Bondhu (rouge et noir en gaélique) est le nom d’une libellule.

 

Aramis

« Aramis, derrière, mais pas si seul ! L’Atlantique, c’est pas le lac des Vieilles Forges dans les Ardennes ! En à peine la moitié de la traversée, nous n’avons croisé personne… jusqu’à ce matin ! Nous avons eu la surprise ce matin de voir apparaître un voilier, nous prendre en chasse et nous rattraper au point d’être à porté de vue ! Thomas, notre interprète en chef, a établi le contact par VHF. Ce voilier, répondant au nom de “Living Water”, très probablement anglais, mesure 62 pieds et fait route vers la Martinique à une vitesse de 8 nœuds et devrait rester dans à notre portée pour la journée. On ne s’en rend pas compte, mais échanger en direct avec des personnes et voir un autre voilier après presque 15 jours de mer fait toujours plaisir. Pour notre part, notre bateau progresse toujours à une moyenne de 6 nœuds. On touche un vent de 20 nœuds. Nous avons pris un cap plus au sud hier soir pour essayer d’éviter une molle qui devrait arriver sur nous en milieu de semaine. L’ambiance est toujours aussi bonne à bord ! Bonne navigation à tous ! »