Des coursiers impatients

Demain sera donné le départ de la Panerai Transat Classique 2019. La quatrième édition de cette épreuve exceptionnelle – seule course transatlantique réservée aux yachts classiques ! – s’annonce magnifique avec des équipages de plus en plus impatients d’en découdre et des bateaux préparés avec soin.

 

BRIEFING METEO

Ce matin, à un peu plus de 24 heures du départ, les skippers de la Panerai Transat Classique 2019 ont écouté avec sérieux au dernier briefing du Directeur de course, François Séruzier, et aux précisions météorologiques de Christian Dumard, de Great Circle. Ce spécialiste météo qui travaille sur les plus grandes épreuves océaniques comme le Vendée Globe ou la Volvo Ocean Race, a tout d’abord rappelé certains des phénomènes les plus fréquents en Atlantique, comme les ondes d’Est (petite dépression se déplaçant d’Est en Ouest pouvant apporter de fortes pluie et des vents de 25 à 30 nœuds), les tempêtes tropicales (une onde d’Est se creusant davantage) ou les ruptures d’alizé (en général provoquée par la descente d’un front, ou thalweg, venu d’une forte dépression plus au Nord).

Selon les fichiers prévisionnels des premiers jours de course, ces phénomènes ne sont – fort heureusement – pas prévus et fort rares en cette saison. Pour le départ et les jours suivants, les tacticiens vont avoir l’occasion de se creuser les méninges tant la situation semble délicate à négocier. Orienté à l’Est, le vent faible, entre 5 et 10 nœuds, dans la matinée va effectuer une petite bascule au Sud-Sud Est avant de revenir à l’Est dans la soirée. Certains concurrents seront peut-être tentés d’aller chercher un effet venturi entre les îles ou de plonger au Sud, en misant sur une dévente modérée provoquée par le faible relief de l’île de Fuerteventura. Les deux journées suivantes sont marquées par un alizé assez faible à 10-12 nœuds de vent, dans l’attente, vers le 11 janvier, d’une dépression qui va se creuser entre les Canaries et l’archipel du Cap Vert. Celle-ci pourrait faire monter le vent, jusqu’à 30 nœuds, dans son Ouest. Il est encore un peu tôt pour la positionner de façon précise et de connaître son évolution, mais elle pourrait déjà rebattre les cartes.

 

RED CAP MOUNT GAY PARTY

Hier soir, l’un des partenaires historiques de la Transat Classique offrait aux concurrents un cocktail sur les pontons, devant les bateaux. Convivial et chaleureux, animé par les chants traditionnels des équipages savoyard (Lys) et italien (Eilean), ce moment privilégié donnait l’occasion aux organisateurs de distribuer à chaque participant la célèbre casquette rouge siglée Mount Gay, signe de reconnaissance des marins sur toutes les mers du globe.

 

PETIT DEJEUNER PANERAI

Devenu un évènement incontournable de la Panerai Transat Classique, le petit déjeuner du jour du départ est offert par la célèbre maison horlogère italienne Panerai. Proposé sous l’élégant lounge installé à Marina Lanzarote, devant les pontons où sont amarrés, pour quelques heures encore, les yachts de la course, ce petit déjeuner permet, après plusieurs jours à se côtoyer, à chaque marin de saluer ses concurrents, de leur souhaiter une bonne navigation et de se donner rendez-vous à Christophe Harbour, sur l’île de Saint Kitts, après 2 800 milles de compétition acharnée.

Toute la course est à suivre en direct sur le site paneraitransatclassique.com, avec une cartographie réactualisée toutes les deux heures.