Des options bien marquées

Les concurrents de la Panerai Transat Classique 2019 ont connu leur première nuit à bord. Petit à petit, le rythme des quarts va s’installer et les marins vont savourer le plaisir des nuits passées en mer, à la barre de ces sublimes yachts. Les premiers choix tactiques se sont aussi affirmés.

Peut-être sans surprise, mais non sans risque, la grande goélette à trois-mâts Xarifa a choisi de pointer vers l’Ouest après Lanzarote pour aller chercher les vents – a priori – plus soutenus au Nord et exploiter ainsi sa puissance. La majorité de la flotte a préféré passer sous les îles pour descendre dans le Sud et retrouver au plus vite les alizés.

Dans ce groupe, Eilean, après avoir pris un départ prudent, est le plus extrême dans cette option et s’approche des côtes africaines, où l’on peut tomber sur des flottilles de pêcheurs ou des zones de molles. Au milieu, Stiren et Coch y Bondhu ne se lâchent pas et restent sous la pression de Glen Maël et Bryell II, impressionnants en ce début de course. Le yawl Hilaria a opté pour une position intermédiaire en passant au Nord de Fuerteventura, un choix qui peut se révéler payer payant… à condition de ne pas rester collé dans le dévent de l’île.

Derrière, Lys, parti avec un peu plus de 6 heures de retard sur la flotte, a rattrapé et dépassé Aramis, l’un des plus petits voiliers engagés. Les acteurs se mettent en place, la pièce va commencer.