Le parfum des îles

Après plus de deux semaines en mer, une certaine forme de fébrilité doit commencer à gagner les marins de la Panerai Transat Classique 2019, mélange délicat entre fierté d’avoir réalisé un bel exploit, traverser l’Atlantique en course sur un voilier classique en est assurément un, impatience de retrouver les êtres chers, de regoûter à certaines saveurs oubliées, mais aussi mélancolie de voir se terminer une aventure maritime et humaine unique.

Bien sûr ce sentiment ne doit pas être partagé de façon identique sur Aramis qui doit encore parcourir 1 200 milles pour atteindre Christophe Harbour et sur Xarifa qui ne cesse d’augmenter son avance sur la flotte et va passer sous les 300 milles de l’arrivée pour une ETA autour de 10h00 locales, 15h00 en Métropole. Sur la grande goélette, la motivation ne faiblit pas pour décrocher la Line Honours bien sûr, mais également tenter de gagner des places en temps compensé. Ce classement ne cesse d’ailleurs de se resserrer et la victoire finale ne devrait se jouer qu’à une poignée d’heures.

Stiren gagne minutes après minutes sur Coch y Bondhu quand Hilaria et Eilean se livrent à un mano a mano d’une rare intensité. Tous ces voiliers affichent des vitesses supérieures à 8 nœuds. Lys et Glen Maël ne veulent rien céder non plus et Bryell II, toujours handicapé, reste combattif et performant. Le parfum des îles donne des ailes à tous les concurrents.

 

Christophe Harbour

Les îles de Saint Kitts (ou Saint Christophe) et Nevis (ou Niévès) sont découvertes en 1493 par Christophe Colomb. Situées dans le nord de l’arc antillais, elles font parties des îles du Vent et subissent tour à tour les dominations espagnole, française et anglaise. Elles obtiennent l’indépendance le 19 septembre 1983 et leur population est aujourd’hui estimée à environ 53 000 habitants. La capitale, Basseterre, est installée sur Saint Kitts, la plus grande des deux îles, dont l’économie repose en grande partie sur le tourisme. Le titre de l’hymne national, « Oh Land of Beauty » constitue d’ailleurs le meilleur slogan publicitaire pour vanter leurs charmes. Pour profiter de la douceur caribéenne, Saint Kitts bénéficie d’une position géographique idéale, à proximité de Saint Barth, Antigua, Anguilla et Saint Martin, et à peine plus loin de la Guadeloupe, de la Dominique et des Îles Vierges. Ses paysages alternent entre plages de sable blanc, baies aux eaux turquoise et volcans verdoyants.

Pour valoriser ce patrimoine naturel exceptionnel Charles « Buddy » Darby a développé un ambitieux projet, Christophe Harbour, sur la majeure partie de la péninsule du sud de l’île. Au cœur de ce complexe haut de gamme, qui comprend des villas de luxe, le premier hôtel Park Hyatt des Caraïbes et le Pavilion beach club, la marina tient une place de choix. Destinée à recevoir des superyachts jusqu’à 126 m, elle se prépare à accueillir les concurrents de la Panerai Transat Classique 2019. Dans un cadre sécurisé 24 heures sur 24, l’ensemble des équipages y découvrira un accueil professionnel et souriant, des boutiques luxueuses et de la restauration raffinée.

Le 29 janvier, un cocktail de bienvenue sera offert par Christophe Harbour pour honorer tous ces marins partis pour exaucer un rêve fou : traverser l’Atlantique à la voile et en course sur des yachts classiques. Quelle plus belle récompense que de le conclure à Christophe Harbour sur l’île enchanteresse de Saint Kitts.

 

Classement en temps réel au 24/01 à 12h00 (UTC+1)

1- XARIFA                         336,1 mn jusqu’à l’arrivée
2- STIREN                        à 94,1 mn du leader
3- COCH Y BONDHU          à 162,8 mn du leader
4- HILARIA                       à 168,6 mn du leader
5- EILEAN                        à 190,8 mn du leader
6- LYS                             à 262,8 mn du leader
7- GLEN MAEL                  à 281,1 mn du leader
8- BRYELL                       à 375,4 mn du leader
9- ARAMIS                        à 889,5 mn du leader

 

LES MOTS DE LA MER

Aramis

« Dernière ligne droite ! Ces derniers jours, nous avons été freinés par une bulle sans vent. Nous avons opté pour une stratégie consistant à contourner cette zone par le sud afin d’être ralentis le moins longtemps possible et retoucher du vent le plus rapidement. Dans la nuit du mercredi 23 au jeudi 24 janvier, nous avons effectué un empannage sous spi et pris la route directe vers l’arrivée. Le vent s’est fait attendre, mais finalement s’est levé ce matin, nous permettant de marcher à 5-6 nœuds. Nous naviguons au travers pour le moment, le spi a été affalé au profit du génois. Nous passerons sous la barre des 1000 milles probablement demain. Les températures augmentent, nous sentons l’arrivée approcher ! Bonne navigation à tous ! »