Merci Lanzarote !

Au deuxième jour de course, les concurrents de la Panerai Transat Classique 2019 continuent leur progression soutenue avec déjà plus de 300 milles avalés pour les premiers.

Pour les tenants de l’option Sud, la flotte s’est resserrée avec un trio très dynamique composé de Coch y Bondhu, Eilean, bien recalé à l’Ouest après son escapade africaine, et Stiren. Juste derrière, Bryell II, Glen Maël, les « petits » de la course, et Hilaria, qui a payé cher son option au Nord de Fuerteventura, s’accrochent et continuent de glisser progressivement vers le Sud à la recherche des alizés.

Se détachant de ce groupe, Lys, bien revenu après son départ retardé, tente une variante en prenant un cap plus à l’Ouest.

Avec plus de 320 milles de décalage en latéral, Xarifa, toujours en tête au classement en temps compensé, insiste dans sa quête de vents plus soutenus et continue de pointer son étrave au Nord-Ouest. Alors, gagnante ou perdante, il est encore trop tôt pour connaître le résultat de cette option radicale.

De son côté, Aramis, le Taillefer de Christian Welter, s’est détourné vers Las Palmas, sur Grande Canarie, afin de régler un problème de barre, avant de reprendre, dès que possible, le fil de la course.

 

 

AU REVOIR LANZAROTE

Après une dizaine de jours passés à Calero Marinas Marina Lanzarote, l’ensemble de l’équipe d’organisation opère son retour en France, avant de s’envoler plus tard vers les Antilles afin d’accueillir les concurrents de la Panerai Transat Classique 2019. C’est l’occasion de remercier tous ceux qui, sur place, ont contribué à créer ce bel esprit de convivialité propre à cette épreuve unique en son genre, à commencer par José Juan Calero, Pilar Hernandez, Céline Grimouille et toute l’équipe de Calero Marinas Marina Lanzarote.

Ces remerciements s’adressent aussi au Real Club Nautico de Arrecife et à son Président Julio Romero pour avoir mis leurs équipements à disposition du Comité de course. L’ensemble des autorités de l’île doit être associé à cet hommage pour la qualité et la chaleur de son accueil, auquel s’est jointe la population de l’île.

Enfin, il faut remarquer la présence de nombreux parents, amis et supporteurs des équipages engagés, parmi lesquels Philippe Héral, Président du Yacht Club de France, venu rappeler l’attachement de cette institution à tout ce qui touche à l’histoire du yachting, Olivier Pécoux, Président de l’Atlantic Yacht Club, et Jean-Jacques Ollu, tous les deux Commodores de ce club qu’ils ont contribué à fonder après la première édition de l’épreuve en 2008.