Phase de transition

Ils l’attendaient, l’espéraient, l’avaient prédit : les équipiers de Xarifa avaient misé gros en partant loin au Nord, supposant y trouver plus d’air. Les derniers relevés sur la cartographie leur donnent – enfin – raison avec des vitesses en instantané supérieures ou égales à 10 nœuds, plus proche du potentiel du bateau. Et cette tendance devrait se confirmer pour plusieurs jours.

Pour les Sudistes, Eilean, Bryell II, Coch y Bondhu, qui a un peu levé le pied, et Lys, leur option devrait aussi bientôt porter ses fruits avec des alizés qui se rapprochent, synonymes de vent plus stable, bien établi au portant et accompagné d’une longue houle porteuse. Pour ce groupe aussi les vitesses moyennes devraient commencer à grimper dans les prochaines heures.

La situation est plus délicate à gérer pour les tenants de position intermédiaire, Stiren, Glen Maël, qui a pris la première place en temps compensé, et Hilaria, qui a souffert de déchirures de spi (voir Les Mots de la mer ci-dessous). Ils se trouvent dans une zone de transition qui leur apporte des vents contraires avec sans doute à la clé ralentissement et inconfort. Cette phase ne devrait pas durer, mais elle risque de chambouler une fois de plus le classement et, pourquoi pas, donner à Aramis une opportunité de revenir sur ces concurrents.

Quoi qu’il en soit, les – hélas un peu rares – messages venus des voiliers racontent le bonheur des équipiers et le plaisir d’être en mer. Sans doute la plus belle des récompenses.

 

Cartographie


 

LES MOTS DE LA MER

 

Hilaria

« Tout va bien à bord. Nous coinçons la bulle dans la bulle. Le moral est au beau fixe malgré deux déchirures de spi. Le vent et les dorades ne sont pas là et que Saint Kitts est loin. »

 

Glen Maël

« Vin du jour sur Glen Maël : un Meursault Les Perrières 2010. Etonnant nez menthol et noisette. Bouche ample, soutenue par la belle tension du millésime. L’équipage pense à un fin 30 m2 suédois, comme Pileine à Port Louis. »