Sous un tonnerre d’applaudissements

Dans la douceur des soirées caribéennes et dans le cadre idyllique du Pavilion, à Christophe Harbour, les concurrents de la Panerai Transat Classique 2019 se sont rassemblés une dernière fois pour la cérémonie de clôture. Dans un premier temps, ils ont chaleureusement acclamé l’équipage d’Aramis, toujours en mer, qui a annoncé son intention de se dérouter vers la Guadeloupe. Si ce Taillefer de 1964, célèbre série dessinée par Franz Maas, est officiellement considéré comme hors course, la performance de Christian Welter, Etienne, Jean-Michel et Thomas n’en reste pas moins remarquable. Malgré des soucis techniques qui les avaient contraints de s’arrêter après le départ, ils sont repartis et leur sillage écrit avec ténacité le mot courage à la surface de l’Atlantique. Et, dans les différents messages reçus, l’équipage de « Pépé » fait toujours preuve d’humour, mais aussi d’élégance en adressant leurs « plus chaleureuses félicitations à tous les concurrents déjà arrivés ».

Au cours d’un dîner préparé par le chef Barnaby Jones et sa brigade, Loïc Blanken, le Directeur de la Panerai Transat Classique, accompagné de Charles « Buddy » Darby, fondateur de Christophe Harbour, a remercié tous ceux qui ont fait le succès de cette épreuve unique. Les concurrents en premier lieu, mais aussi l’ensemble des équipes de Marina Lanzarote, de Christophe Harbour, du Comité de course, de l’Atlantic Yacht Club et de Comet Organisation. Plusieurs prix ont ensuite été attribués (liste ci-dessous) et les équipages se sont succédés sur scène pour recevoir les félicitations d’une assemblée joyeuse et démonstrative. Le point d’orgue a bien sûr été atteint à l’annonce du vainqueur de la Panerai Transat Classique 2019. Il fallait voir les superbes sourires de Paolo Zangheri, Claudio Magrini, Ivano Brolli et Renato Tartarini au moment de brandir la grande et belle coupe du vainqueur. L’équipage de Coch y Bondhu, superbe ketch de 1936 sur plan Rodney Paul revisité par Laurent Giles, pouvait savourer leur victoire à l’issue d’une course durant laquelle ils ont fait preuve d’une motivation sans faille et d’un sens marin d’exception.

A l’initiative de Charles « Buddy » Darby, la coupe était remplie de vin rosé et, portée par les vainqueurs, elle circulait de table en table pour que tous les marins puissent y goûter une saveur inimitable, délicat équilibre entre solidarité, convivialité et compétitivité. Ainsi s’achève la Panerai Transat Classique 2019, dans les rires et les embrassades… et en attendant la prochaine édition.

 

Paolo Zangheri, propriétaire et skipper de Coch y Bondhu :

« Je ne m’attendais pas à avoir des conditions météo aussi compliquées au départ. La première semaine, le vent était très instable en force et en direction. Nous n’avons touché les alizés que la dernière semaine de course. A mi-parcours, nous avons eu moins de vent, mais beaucoup de grains, jour et nuit, avec le vent qui monte à 30 nœuds, retombe à 2 et repart à 30. C’était très difficile d’envoyer le spi dans ces conditions et la vie à bord était fatigante avec le bateau qui roulait beaucoup. Dès le départ, nous étions en course, prêts à manœuvrer dès qu’il le fallait. Claudio n’a fait aucune erreur sur la tactique et, en plus, c’est un excellent cuisinier. Le 18, nous avons cassé la bôme : le bateau bougeait d’un bord sur l’autre et la bôme a tapé fort dans une vague et elle s’est brisée au niveau de la retenue. Mais Ivano a fait un travail incroyable pour démonter les ferrures, retailler le restant de bôme et la remonter. En 24 heures, nous étions de nouveau opérationnels, même si nous avons navigué avec deux ris jusqu’à l’arrivée. Au début nous faisions des quarts de 3 heures, mais avec la fatigue, nous sommes passés à 2 heures et Nous avions tous le rêve de traverser l’Atlantique. Non seulement nous l’avons fait, mais en plus en course sur un yacht classique et une victoire au bout. C’est fantastique ! »

 

CLASSEMENT GÉNÉRAL DE LA PANERAI TRANSAT CLASSIQUE 2019

(En temps compensé)

1er – Coch y Bondhu (Paolo Zangheri), en 16j 20h 51’ 16’’

2e – Stiren (Alex Pella), en 17j 03h 13’13’’

3e – Glen Maël (Jean-Philippe Gervais), en 17j 07h 46’ 55’’

4e – Hilaria (Philippe Thurneyssen), en 18j 09h 22’ 24’’

5e – Bryell 2 (Jérôme Cathala), en 18j 10h 21’ 24’’

6e – Xarifa (Diego Masso), en 18j 13h 48’ 19’’

7e – Lys (Roger Quenet), en 19j 00h 35’ 43’’

8e – Eilean (Stefano Valente), en 20j 06h 36’ 13’’

9e – Aramis (Christian Welter), DNF

 

PRIX SPÉCIAUX

Prix Christophe Harbour Line Honours : Xarifa

Prix de la Communication : Glen Maël

Prix de la Féminin : Assunta, Frédérique, Janette, Natalia, Valentina

Prix de la Persévérance : Oren Nataf

Prix de la Ténacité : Bryell 2

 

PRÉCÉDENTS VAINQUEURS

2008 – Stiren (Gildas Rostain)

2012 – White Dolphin (Pascal Stefani)

2015 – Altair (Joe Pykta)