Un départ spectaculaire et émouvant

Aujourd’hui, à 14h00 UTC, les yachts de la Panerai Transat Classique 2019, qui les emmène de Lanzarote à Saint Kitts, se sont élancés à l’assaut de l’Atlantique. Retour sur un départ intense et bataillé.

Ils ont beau partir pour 2 800 milles (5 200 km) de course, les concurrents de la Panerai Transat Classique 2019 étaient groupés sur la ligne de départ. Au coup de canon libérateur, à 14h00 UTC, portée par un vent d’Est établi à 8 nœuds, l’étrave de Coch y Bondhu se trouvait bien positionnée en milieu de ligne, précédant d’une demi-longueur Stiren, tandis que Glen Maël, Hilaria et Bryell II étaient au contact au bateau comité. Aramis se décalait un peu sous le vent et l’immense goélette Xarifa avait bien géré son placement et son lancement pour venir se mêler à la bagarre. Seul Eilean jouait la sécurité et passait la ligne avec un peu de retrait sur ses concurrents. Hélas, un concurrent manquait à l’appel : un problème mécanique contraignait Lys a retardé son départ de Marina Lanzarote, mais il devrait se lancer à la poursuite de ses concurrents en fin de journée.

Stiren prenait l’avantage sur Coch y Bondhu avant la bouée au vent et envoyait le spi en enroulant cette dernière marque de parcours avant Saint Kitts. Hilaria poussait aussi le bateau italien à la faute, celui-ci laissant Bryell II et Glen Maël le passer à l’intérieur. Le ballet de l’envoi des spis permettait aux équipages de faire preuve de leur motivation et de leur efficacité. Peu à peu les grandes bulles colorées prenaient le cap à l’Ouest, sans qu’il soit encore possible de déterminer le choix des différents concurrents.

 

UNE MATINÉE BIEN REMPLIE

Levés de bonne heure, l’ensemble des équipiers se sont d’abord rassemblés pour partager le petit déjeuner offert Panerai. Cet agréable moment marquait une dernière parenthèse de calme et de sérénité avant de retrouver la trépidation des ultimes préparatifs. Quand certains s’isolaient pour passer un appel téléphonique à la famille ou aux amis, un cortège de porteurs de bouteilles de gaz arpentait les quais et quelques équipiers s’envolaient dans les mâts pour un rapide contrôle. L’heure était alors venue de larguer les amarres après avoir salué les autres concurrents en leur souhaitant une belle traversée et embrassé les proches venus les encourager. L’émotion était palpable. La Panerai Transat Classique 2019 était lancée.