Une stabilité trompeuse

Il faut se méfier de l’eau qui dort. Non, l’Atlantique ne s’est pas transformé en lac – comme l’avait si bien fait remarquer l’équipage d’Aramis -, mais les derniers classements paraissent peu évoluer. Alors, rien ne bouge sur la Panerai Transat Classique 2019 ? Sur le papier, effectivement, mais sur l’eau, la bataille fait rage. Que ce soit en temps réel, avec Xarifa toujours leader, et Stiren bien calé en seconde position, mais avec un finish qui s’annonce haletant entre Coch y Bondhu, Hilaria et Eilean, ou en temps compensé*, avec des écarts minimes entre les postulants au podium… et ils sont nombreux. Avec des handicaps différents, Bryell II, en délicatesse avec son safran, et Lys, en manque d’infos météo, restent des menaces pour leurs adversaires. Le peu de messages reçus ces derniers jours – même Glen Maël se fait discret – doit être pris comme représentatif de l’engagement des équipages à mener au mieux leurs voiliers. Etre la main sur l’écoute pour affiner les réglages, étudier longuement les prévisions météo pour peaufiner sa trajectoire, ne pas lâcher la barre pour prolonger les surfs, le quotidien des marins ne laisse sans doute que peu de place à la contemplation et au farniente. Un mille gagné sur ses concurrents est une victoire, chaque mille perdu est une incitation à se reconcentrer, à remotiver ses coéquipiers. Pour ce dernier quart de course, les fichiers météo, avec un alizé de nord-est établi et soutenu entre 20 et 25 nœuds, permettent d’envisager un final rapide et indécis. A ne rater sous aucun prétexte.

* Le temps compensé tient compte du temps réel de course de chaque bateau multiplié par un coefficient – le rating – établi en fonction des caractéristiques de chaque concurrent. Cependant, tant que la ligne d’arrivée ne sera pas franchie ce temps compensé ne doit être pris qu’à titre indicatif car il résulte d’une extrapolation sur la durée totale de course.

 

Classement en temps réel au 23/01 à 12h00 (UTC+1)

1- XARIFA 539,3 mn jusqu’à l’arrivée
2- STIREN à 83,0 mn du leader
3- COCH Y BONDHU à 141,6 mn du leader
4- HILARIA à 154,0 mn du leader
5- EILEAN à 168,3 mn du leader
6- LYS à 228,8 mn du leader
7- GLEN MAEL à 235,4 mn du leader
8- BRYELL à 306,5 mn du leader
9- ARAMIS à 759,4mn du leader

 

 

 


LES MOTS DE LA MER

 

Glen Maël

« Un peu moins de 900 milles de St Kitts. A ce stade, l’histoire semble pouvoir continuer éternellement : la cambuse est encore pleine, la cave à vin n’a pas atteint son niveau de crise de basse mer de vives eaux (coef. 120 : sans vin), le moral excellent et le spectre du scorbut éloigné. Sauf que l’éternité, à la fin, c’est plutôt long (Woody Allen). Nous serons de fait ravis d’atterrir quelque part, ne serait-ce que pour vérifier, comme les livres le racontent, que là-bas, de l’autre côté, il y a aussi des filles. On s’est laissé dire que, quelques jours avant notre départ, un aventurier s’est élancé dans la traversée de l’Atlantique depuis Gran Canaria dans un tonneau, emmenant avec lui une bouteille de vin pour, à l’arrivée, la comparer à un témoin resté à terre. L’affaire nous semble suspecte : sur le fond, depuis Diogène, il semble délicat de s’aventurer dans un tonneau sans friser le plagiat ; sur la forme, gâcher du merrain de chêne pour se faire bouchonner sur l’Atlantique, au risque que le vin bouchonne aussi, c’est embêtant. Nous souhaitons bonne chance à l’impétrant et lui suggérons un autre projet : profiter de la vente des vins des hospices de Beaune pour acheter aux enchères une douzaine de fûts, les faire élever et embouteiller tranquillement, récupérer la futaille, la brêler bien solidement pour confectionner un radeau, le mâter d’un poteau des PTT (cela s’est fait avec réussite dans les années 60) à la mode de Bernard Moitessier, y gréer une fortune carré et embarquer avec poule, chimpanzé, perroquet et un boujaron de rhum. Gloire assurée à l’arrivée et contrat possible avec Polanski pour le remake de Pirates. Au moins, dans ce scénario, on s’épargne la souffrance de regarder une bouteille pendant 80 jours sans la boire. Mais nous saluons la détermination de l’homme et nous l’invitons à venir témoigner lors de notre prochain atelier de navigation du Cercle qui portera sur : « L’influence freudienne dans les anomalies de déclinaison magnétique autour de la dorsale média Atlantique ».

Reprise des actualités du Cercle de la Morue joyeuse. Nous remercions chaleureusement Svetlana, Polina, Tatiana pour le sans-faute au quizz de recrutement d’assistante de presse et qui ont su déjouer les pièges des deux dernières questions. Question 48 : Pen Duick lll est une goélette à wishbone. Dois-je faire un vœu quand je passe devant le grand mât ? Question 49 : Marius, comme tous les marins des Pen Duick, porte un slip rouge. Si je le croise en sortant du bar d’un port des Antilles : Réponse A, je laisse la marque à tribord ; Réponse B, je laisse la marque à bâbord ; Réponse C, je passe sur la marque.

Note aux adhérents : cigares et rhums sont désormais servis sur le pont, à partir de 18h, heure locale. La personne qui a emprunté la carte de visite de Christina est priée de la reposer sur la table à cartes.

Dégustation du jour (1) : Château Rieussec 2009. Le grand prince des sauternes. Explosion d’agrumes et d’abricots au nez. Une bouche savoureuse et onctueuse qui n’en termine que très lentement pour finir en douce pâte de fruits sur le palais. Puissance et élégance. Il nous fallait un grand yacht du début du XXe : Altair et sa cathédrale de voiles.

Dégustation du jour (2) : Gevrey Chambertin Clos des Varoilles 2012. Charpente dense à l’attaque pour une finale volumineuse empreinte d’arômes de tabac. Tanins carrés et fermes, en devenir. Comme dirait Jean-Fanch, matelot sur le thonier groisillon Biche : « Y’a du bois dans le canot ». Nous pensons au ketch aurique scandinave Lun 2, armé au cabotage équitable et aux transports de fret indispensable comme le vin et les spiritueux.

Citation du jour, prêtée au lieutenant de vaisseau Hubert du Coaltar de la Bonnette (né à Beg Rohu, disparu à Brest rue de Siam) lors de sa nuit de noces : « Lof pour lof ma chère Clothilde, ne lâchez pas les barreaux du lit, j’empanne ! »

 

Bryell II

« Bonjour la terre. Profitant d’une mer calme, nous avons effectué une seconde plongée dont le verdict est sans appel : mèche de safran sortie du logement concave et complètement tordue. Impossibilité totale d’actionner la barre à bâbord. Réparation impossible. A part ça, peu de vent et mer calme. »

 

Xarifa

Xarifa just pass the 500 miles to finish barrier…these last days have not been the best for us but we defend our position with the rest of the fleet. For the following days We´ll expect stronger winds and rough sea and probably we could increase our distance with the other boats trying to improve our result in TC.

Onboard feelings are great… yesterday we have sawn Whales which is a sign of good luck… Also, tonight we overtook at least 3 Kayak from the Row4ALS Project. All our support for these « Titans » www.row4als.org.

Fair winds for all!!!